Quand tout à coup, ce parent d’élève vient te raconter sa vie

Quand tout à coup…

Tu connais cet album de littérature jeunesse de Colin Mc Naughton, Tout à coup Samson ? Dans ce livre, un drôle de petit cochon a la très nette impression qu’un loup le poursuit. Heureusement, il aura la vie sauve grâce à la main du destin et autres battements d’aile d’un papillon. Et si ta vie de prof était aussi rythmée par ce gimmick : Quand tout à coup ?

Dans la cour. Tu demandes à tes élèves de se ranger à la fin de la récréation quand tout à coup il arrive à côté de toi. Il te fait remarquer que les siens ont réagi sans même qu’il ait besoin de le demander. Il en profite pour évoquer sa séance de mathématiques de début de matinée qui fut un succès ainsi que les résultats des évaluations en lecture montrant chez ses élèves un niveau de maîtrise des compétences hors du commun. Son nom : Jean-Denis Melapète. Fonction : Te marcher dessus et s’essuyer les pieds sur toi avant de partir.

Dans la salle des maîtres. Tu verses pour chaque collègue de l’école du café dans le nombre adéquat de mugs quand tout à coup ton collègue te rappelle qu’il n’en prend pas. Des brûlures d’estomac ? Une préférence pour le thé ? Non, accepter une tasse de café signifie qu’il devra amener une fois par trimestre un paquet de grand-mère rouge, et incidemment une boite de petits sablés. 2€ + 2€, ça fait tout de suite trop cher pour ce type qui n’a pas acheté une chemise depuis 12 ans et qui roule encore en AX boite 4. Son nom : Manu Rapiat. Fonction : Ne jamais rien dépenser, et encore moins si possible.

Sur le trottoir. Tu accompagnes tes élèves à la grille de l’école quand tout à coup à ta droite, le papa de Mandy lui demande si elle a bien pris son cahier de lecture, puis te demande si elle a bien pris son cahier de lecture. Il te raconte qu’elle ne veut pas faire ses devoirs, qu’elle préfère jouer à la tablette mais qu’elle aime bien venir à l’école, qu’il fait beau mais qu’ils annoncent de la pluie ce week-end, qu’il va acheter des pellets, rapport que ça va peler, c’est bon de rire parfois. Son nom : Kevin Chouchougne. Fonction : Te raconter sa vie devant l’école et t’empêcher de partir.

A l’atelier Canopé. Tu vas à Canopé, la librairie des enseignants, pour récupérer une vieille série de livres réservée il y a 6 mois. Derrière le bureau, Annick. La sexagénaire occupe les fonctions de médiatrice numérique parce qu’elle n’arrivait pas à occuper les fonctions de maîtresse en classe sans se prendre une chaise dans la figure avant chaque récré. Elle te prépare un à un chaque livre, scanne méticuleusement chaque code barre quand tout à coup, elle s’autorise quelques conseils sur la gestion de classe, t’invite à te renouveler. Enflammée, elle te donne également des leçons alors qu’elle n’a jamais été foutu d’en terminer une avec ses élèves quand elle était en classe. Son nom : Annick Planquée. Fonction : Bosser à Canopé, toute la journée dans son fauteuil, en mode fais ce que je te dis mais ne fais pas ce que je fais.

En classe. Vendredi matin, tu demandes aux enfants d’écrire la date dans le cahier du jour avant de commencer la dictée de mots quand tout à coup, au premier rang à gauche, il te regarde. Il te demande ce qu’il faut faire alors que tu viens de donner la consigne. Il cherche son stylo vert dans sa trousse, alors qu’il faut écrire la date en bleu. Il fait tomber sa règle métallique au moment où tu énonces le premier mot. Quand tu demandes qui veut venir au tableau, il lève la main demande à aller aux toilettes. Son nom : Louis Pépéaireu. Fonction : T’achever avant les vacances de Noël.

Et puis, tu es à la fois au bout du trimestre et au bout de ta vie. Tu conduis une classe surchargée, tentes de ne pas s’endormir en réunion, corriges dans le métro quand tout à coup, tu lis sur ton téléphone une déclaration de ton ministre. Son nom : Pap Ndiaye qui a déclaré vendredi dernier que la prime promise aux profs sera uniquement accordée à celles et ceux qui acceptent de travailler plus. Fonctions… vitales atteintes.